LE SECRET DU PAPILLON

 

Et bien oui, que s'est-il passé depuis...

Après avoir fêté dignement ce moment du 1/2 siècle, j'ai fini mi-septembre par me décider pour aller travailler avec mon amie Karine au magasin bio que nous avions mis en place depuis mars 2014. Si vous vous souvenez l'avoir lu, nous avions fait le salon bio harmonie de Montpellier en décembre pour promouvoir la livraison de nos paniers bio à domicile via Terre2sens. Et bien voilà, maintenant je ne suis plus la cops qui vient donner la main quand on en a besoin, mais je fais partie intégrante de la société.

Qu'aurais-je pu trouver de mieux comme travail après avoir fait du woofing, choisi de vivre ma liberté, mes convictions et démissionner de la fonction publique territoriale. Mon chemin était en réalité tout tracé, il suffisait juste que j'ouvre les yeux.

Depuis, je joue donc à la confection des paniers et à la marchande de légumes dans notre petite épicerie bio de quartier "le Potager de l'Eden". Après un an d'ouverture, nous nous maintenons et progressons au fur et à mesure, nous travaillons avec certains CE comme Schlumberger, Booking etc... et allons d'ailleurs promouvoir notre travail le 3 mars, lors du salon des CE afin de trouver de nouveaux clients.

Notre contact avec la clientèle ou les fournisseurs de proximité est un réel plaisir, des échanges amicaux, des recettes, des idées, etc... Il y règne une ambiance telle que l'on aimerait l'avoir dans n'importe quelle société. J'ai effectivement l'avantage et l'immense joie de travailler avec une personne que j'aime non seulement pour ce qu'elle est, mais aussi pour ce qu'elle n'est pas. Ce que j'aime le plus je crois est sa "vérité", pas de faux semblant, toujours vraies dans ce que nous faisons et nous disons, que l'on commette des erreurs ou non. Une confiance absolue qui nous permet de dépasser les moindre difficultés et nous donner encore plus le courage d'avancer. Et notre ambition ne manque pas.

Depuis ces quelques mois, je me questionnais encore sur mon devenir, ce que je voulais faire de ma vie, si j'avais envie de bosser plus pour avoir plus d'argent pour vivre mieux et régler mes dettes latentes, il m'a fallu un moment pour me décider, mais cette fois c'est fait. J'ai pris la ferme décision de continuer, d'augmenter mes heures de travail dès que cela sera possible et de croire à nouveau en moi, en mes compétences déjà acquises et en celles à découvrir.

J'ail la chance de vivre une merveilleuse aventure humaine, professionnelle et amicale, je remercie le ciel et mon intuition pour tout cet aboutissement.

Bien sûr, j'ai encore déménagé comme d'habitude, mais cela n'est qu'une routine pour moi, aucun problème et je le referai s'il le fallait. Aucun obstacle ne peut arrêter cela n'en doutez point.

Psychologiquement, je me sens mieux, j'ai repris une vie sociale qui me manquait et en même temps j'apprécie d'être à temps non complet pour l'instant, après 2 années et demi de chômage, on s'habitue à notre liberté de faire ce que l'on veut comme on en a envie, sans rien devoir à personne... et reprendre le boulot n'est pas aussi facile. Chose que je ne comprenais pas lorsque je travaillais au C.C.A.S et que les personnes en difficultés que je rencontrais, ne restaient pas dans le travail qu'on leur proposait. En effet, je me rends compte aujourd'hui à quel point notre capacité de déconnexion du monde du travail est rapide et combien il est difficile de se reconnecter au système.

Cela a fait son chemin, je ne ressens plus aucune trace de ma depression, mon divorce a été définitivement prononcé le 22/05 depuis 4 ans, même s'il n'y avait aucun conflit... Cette fois le deuil est fait, Youpi !!!

Ma plus grande fierté est d'avoir resisté aux anxiolytiques, a toute forme médicamenteuse pour me débrouiller seule avec ma conscience, mon énergie aussi faible qu'elle ait été a pris le temps de la reflexion, de l'analyse et je me sens aujourd'hui entièrement prête a affronter ma vie la tête haute. Vous voulez connaitre mon secret ? 

Et bien il n'en existe qu'un, toujours être souriant même lorsqu'on en a pas envie, toujours remercier d'être là même si c'est un moment difficile, apprendre à relativiser la souffrance et rester optimiste sur notre devenir. Se faire confiance, apprendre à s'aimer malgré nos erreurs passées, être tout simplement conscient que l'on est ici et maintenant et surtout accepter nos souffrances, nos émotions, ne jamais les refouler mais au contraire les aider à s'extérioriser qu'elle qu'en soit la méthode. Vous pouvez aller courir dans la nature, crier, pleurer, sauter, danser, écrire vos émotions, peu importe ce que vous choisissez, mais surtout faites le et ne vous vengez pas sur les autres.

Je suis heureuse de pouvoir vous écrire cela aujourd'hui et je remercie tous les ami(e)s que j'ai croisé(e)s sur mon parcours, tous ceux qui m'ont soutenue, ceux qui sont passés et ceux qui restent là aujourd'hui dans mon coeur et physiquement. Je demande pardon à tous ceux que j'ai pu faire souffrir dans mon insconsience, car j'ai du réaliser à quel point il est difficile de rendre heureux lorsqu'on ne l'est pas soi même et que cela nous fait reporter la faute sur l'autre, alors que la solution est en nous, au plus profond de nous, il suffit de la faire émerger chaque jour un peu plus et ne jamais oublier de le faire. Je sais que vous ne lirez certainement pas ceci, mais peu importe, l'univers lit ce que je vous écris, entend ce que je pense et je sais que quelque part il va vous le rendre.

Merci à mes parents d'avoir toujours été là pour moi, d'avoir appris à ne plus me juger mais à accepter qui je suis, de ne plus chercher à vouloir que je ressemble à ce qu'ils auraient aimé. Et finalement, pour la 1ère fois à mes 50 ans, maman m'a dit que je ne vieillirai jamais car j'avais compris que seuls mes choix devaient me guider et que mon optimisme me porterait jusqu'au bout, elle admire mon courage a tout recommencer à chaque fois et toujours avec la même ténacité. J'avais le sentiment tout au long de ma vie que j'abandonnais toujours avant d'avoir fini, mais je me rends compte aujourd'hui à quel point il était important pour moi de ne pas finir, car chacune de ces petites choses apprises et additionnées les unes aux autres, font de moi ce que je suis, et je n'ai aucun regret. Cela m'a empêché de rester figée sur une idée ou une discipline, alors qu'au contraire mes choix m'ont ouvert l'esprit et les portes de ma liberté. Je suis désormais prête a affronter le monde avec les bons outils, la confiance en moi et toute la volonté nécessaire à ma réussite de vie. Un éternel mouvement qui fait que j'existe.